Archives de catégorie : Actualités

Actualités, Agenda.

Les équipes artistiques, grandes oubliées de la cérémonie des Molières

La représentation théâtrale est le fruit du travail qu’effectue, le plus souvent dans l’ombre, une cohorte de métiers. L’objectif de la cérémonie des Molières est de célébrer le talent des artistes et de donner le goût aux téléspectateurs d’aller au théâtre.

Aujourd’hui où il paraît plus qu’urgent de ramener le public dans les salles, donnons du souffle à la cérémonie en levant le voile sur tous les métiers qui font rêver.
Que serait un spectacle sans décor, sans costumes et sans lumière ???
Les comédiens savent très bien l’importance d’un espace, la gestuelle que fait naître un costume, la lumière qui révèle et transforme tout. Et les spectateurs se déplacent, bien sûr pour retrouver les mots d’un auteur, le visage et le jeu d’un comédien, l’intelligence d’une
mise en scène, mais aussi, bien évidemment, pour découvrir un décor, des costumes, des ambiances lumineuses.
Donnons donc de la place et de la valeur à l’ensemble de l’équipe artistique qui crée un spectacle. Nous souhaitons voir disparaître le Molière de la Création Visuelle et qu’il soit remplacé par :

le Molière de la création décor, le Molière de la création costume et le Molière de la création lumière.

Depuis 2014 nous avons tenté de faire comprendre à l’académie des Molières que le choix de regrouper tous les membres de l’équipe artistique dans le Molière fourre-tout de la
Création Visuelle, était préjudiciable pour nous, les artisans de l’imaginaire, les artistes de l’ombre, dont les métiers sont d’ailleurs en pleine mutation. Nous sommes trop à l’étroit dans cette unique catégorie de Création Visuelle. Las d’être relégués définitivement dans les
coulisses ; nos métiers sont magnétiques et suscitent, eux aussi l’intérêt et la passion.
On nous oppose aussi parfois que cela allongera la cérémonie, certes, supprimons alors un sketch !

Pour que cette Cérémonie nous représente tous vraiment, nous demandons un Molière de la création décor, un Molière de la création costume et un Molière de la création lumière.

retrouvez la lettre et plus de 160 signataires professionnels du spectacle vivant dont :

Laurent Lafitte, comédien-auteur
Macha Makeïeff, metteur en scène-plasticienne-costumière-directrice du théâtre national de Marseille
Laurent Pelly, metteur en scène
Jean Rabasse, scénographe
Jacques Rouveyrollis, concepteur lumières-Molière Créateur Lumière 2000 et 2002
Thibault Houdinière, producteur
Francis Nani, PDG Théâtre du Palais-Royal
Thibault Sinay, président UDS-scénographe
Eric Wurtz, président UCL-créateur lumière
Cyril Le Grix, président SNMS-metteur en scène

pour nous soutenir et apporter votre signature , la petition est en ligne

https://www.change.org/p/un-moli%C3%A8re-pour-les-d%C3%A9cors-un-moli%C3%A8re-pour-les-costumes-un-moli%C3%A8re-pour-les-lumi%C3%A8res?utm_content=cl_sharecopy_32939574_fr-FR%3A3&recruiter=1260249587&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition

Le métier de scénographe est-il déconsidéré par l’état français ?

Suite à nos actions médiatiques concernant la Quadriennale de Prague, les récentes réunions avec la déléguée au Théâtre à la DGCA Direction Générale de la Création Artistique au Ministère de la Culture, révèle un profond mépris pour notre profession, méconnaissant le travail du scénographe, et niant la qualité d’auteur de nos oeuvres.

image: « La famille invisible »2012 du sculpteur Théo Mercier qui représentera les scénographes à la prochaine quadriennale de Prague 2023

Le 9 février dernier étaient annoncés par le Ministère de la Culture les noms des commissaires des deux pavillons français de la Quadriennale de Prague 2023, évènement international dédié à la scénographie. Il a fallu peu de temps pour que l’Union des Scénographes réagisse à l’annonce de Madame Roselyne Bachelot-Narquin, dénonçant dans un communiqué de presse le manque de considération des institutions publiques à l’égard des scénographes, qui se considèrent lésés par ces nominations au profit des metteurs en scène, dont la profession est davantage mise en avant.   émission France Culutre

https://www.franceculture.fr/emissions/affaire-en-cours/les-scenographes-francais-en-manque-d-exposition

Censées mettre en avant les scénographes dans l’unique festival international qui leur est dédié, les institutions ont à nouveau préféré des metteurs en scène stars comme commissaires des pavillons. Un «mépris» selon la profession. Article Libération:

https://www.liberation.fr/culture/scenes/quadriennale-de-prague-des-scenographes-toujours-dans-lombre-20220214_G57NE6CRWJHQBFTQR4STRFVSWQ/

communiqué suite à l’ Annonce des noms des commissaires des pavillons français de la Quadriennale de scénographie de Prague 2023

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin est heureuse d’annoncer les noms des deux lauréats choisis à l’unanimité par le comité de pilotage pour représenter la France à la Quadriennale de design et d’architecture théâtrale de Prague 2023 :Pour le Pavillon « Pays et Région » : Théo Mercier, sculpteur et metteur en scène, accompagné de Céline Peychet, directrice de son studio,Pour le Pavillon « Écoles » : Cyril Teste, metteur en scène et Nina Chalot, designer (Collectif MxM). … »

Le 11 février 2022 à Paris

Objet : communiqué suite à l’ Annonce des noms des commissaires des deux pavillons français de la Quadriennale de scénographie de Prague 2023

Madame la Ministre,

L’annonce des deux metteurs en scène Théo mercier et Cyril Teste désignés pour représenter la France à la prochaine Quadriennale de Scénographie de Prague de 2023 est issu d’une méthode qui nous interroge, et d’un contenu qui mérite de relire attentivement l’objectif de cette manifestation :

« La Quadriennal offre tous les quatre ans une vision différente et dévoile un nouvel angle de vue sur la scénographie, la Quadriennale s’est affirmée comme une plateforme internationale incontournable pour la formation et les échanges d’expériences. La présence de la France à cette manifestation d’envergure est un enjeu important pour tous les acteurs de la scénographie et pour le renforcement des coopérations artistiques entre pays européens »

L’énoncé semble intelligible et le choix des hommes et des femmes amenés à représenter la France à la Quadriennale de scénographie de Prague ne prêterait guère à discussion s’il était articulé autour d’une compréhension claire et visionnaire de notre métier susceptible de répondre aux mutations écologiques, économiques et numériques du monde culturel.

Mais permettez-nous de vous faire remarquer un paradoxe cinglant : d’une part, on fait l’éloge de la scénographie dans l’unique événement international et, d’autre part, on décourage les scénographes en privilégiant les metteurs en scène.

La chronologie témoigne de l’impéritie d’un exécutif qui semble méthodiquement déterminé à ignorer une profession.

Le mardi 15 décembre 2020, alors  que des milliers de professionnels du spectacle s’étaient rassemblés sur la place de la Bastille, pour protester contre la fermeture prolongée des lieux culturels, la Direction Général de la Création Artistique nous annonce sa volonté de participer pour la seconde fois à la Quadriennale de Prague.

En toute bienveillance envers notre métier, seuls 7 metteurs en scène et chorégraphes sont invités à participer pour désigner les commissaires des pavillons du pays et des écoles. C’est donc là, à ce moment précis, que l’horizon des metteurs en scène se dilate, et celui des scénographes se recroqueville.

En 2019 après 15 ans d’absence, c’est déjà un metteur en scène : Phillipe Quesne, que vous aviez désigné pour représenter la France.

Pour cette prochaine édition de 2023, le comité de pilotage du Ministère désigne :

« – Pour le Pavillon « Pays et Région » : Théo Mercier, sculpteur et metteur en scène,

– Pour le Pavillon « Écoles » : Cyril Teste, metteur en scène et Nina Chalot, designer »

Face à ce constat, ce qui frappe c’est évidemment l’absence de représentation du métier de scénographe et le manque d’idées et d’imaginations de ceux qui prétendent soutenir une profession.

Pourquoi cette évidence est-elle si difficile à faire comprendre ? Pourquoi s’en préoccuper ? Après tout, un scénographe, un metteur en scène c’est certainement la même chose nous diriez vous. 

Il y a des communiqués cyniques qui en disent longs sur la reconnaissance et la perception que l’on a des scénographes .

Il y a des communiqués qui révèlent un ministère aussi peu concerné par les réalités des professionnels, apprenant des termites, l’art de détruire sans avoir l’air d’attaquer .

Ce qui gêne aux entournures, c’est cette façon qu’a votre administration de dédaigner l’impact de ce mépris envers les métiers de la scénographie. Le manque de reconnaissance des scénographes considérés encore trop souvent comme des techniciens est frappant, en témoigne l’absence de prix dédié exclusivement à leur travail à la cérémonie des Molières (reconnaissant la diversité et la richesse  des nombreux métiers du théâtre tels que  la scénographie, la création costumes, la création lumière et la création sonore.), l’absence de la volonté politique de faire reconnaître le statut d’Artistes-Auteurs des scénographes comme le préconise pourtant des rapports Ministériels.

Vous avez choisi pour le pavillon des écoles le metteur en scène Cyril Teste, ancien ambassadeur des assises de la jeune génération en 2015, il fera donc œuvre utile pour les futures générations, en expliquant certainement aux étudiants des 8 écoles que l’avenir du métier de scénographe en France c’est la mise en scène.

Le bureau de l’UDS





mission Ministérielle sur la politique de l’art lyrique en France

Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, a reçu le 5 octobre 2021 des représentants du secteur lyrique pour la présentation de la mission sur la politique de l’art lyrique en France.

Cette mission, confiée par la ministre de la Culture en octobre 2020 à Caroline Sonrier, directrice de l’Opéra de Lille, avait pour objectifs de dresser un état des lieux de la production lyrique en France et de proposer un cadre de référence pour la pratique lyrique en France au XXIème siècle.

Caroline Sonrier, avec le concours d’Emmanuel Quinchez, a associé très largement les professionnels du secteur et les collectivités territoriales, en consultant, notamment, près de deux cent personnes.

L’UDS union des scénographes et l’UCL union des créateurs lumières ont été auditionné dans le cadre du rapport et invité au ministère pour sa présentation.

A la suite de cette présentation, la ministre de la Culture a proposé de mener une réflexion sur cinq axes de travail prioritaires :

– la mise en place d’un dispositif d’observation permanente du monde lyrique,

– l’accompagnement de la carrière des artistes et des professionnels du secteur par une appréhension des parcours dans leur ensemble,

– l’ouverture et l’accessibilité de l’art lyrique au plus grand nombre, tant en ce qui concerne la question des publics que celle des liens entre les maisons d’opéra et leur territoire,

– le développement du soutien à la création notamment par le renforcement des résidences,

– la mise en œuvre d’objectifs partagés avec l’ensemble des acteurs du monde de la culture en faveur de la diversité, de l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes et de la lutte contre toutes les discriminations.

Au-delà de ces pistes de travail concrètes, une simplification du système de labellisation défini par le ministère de la Culture sera mise à l’étude, dans l’objectif de rendre plus lisible et plus cohérente la politique lyrique de l’Etat.

La synthèse du rapport à télécharger :

Appel à texte “FRAGMENTATION

Depuis le début de la crise du covid le monde de la culture n’a cessé de combattre l’isolement et les artistes et techniciens ont pris les contraintes à contre courant pour monter des nouveaux projets, créer des nouveaux ponts entre les arts, imaginer de nouveaux processus de création… les initiatives se sont multipliées en faveur de scénographies plus responsables, plus respectueuses de l’environnement, pour produire des spectacles qui souhaitent changer le monde en adéquation avec leur processus de création.

Le spectacle vivant accompagne son époque, et se mêle à ses troubles, ses révoltes, ses mutations, il n’a de cesse d’appeler à de nouveaux récits, de nouvelles formes, de nouveaux imaginaires… Aussi l’imaginaire s’échafaude à plusieurs en puisant l’inspiration partout, en associant souvent l’image et le mot.

Nous avons conscience de vivre à une période historique les plus fascinantes et les plus vertigineuses. Quand l’avenir change d’horizon, il nous faut reprendre la main sur le temps, se doter de repères, oser prendre des risques, pour ouvrir le champ des possibles.

C’est pourquoi, dans le contexte actuel, l’UDS Union des scénographes et des créateurs costumes,  lance un appel à contribution pour vous donner la parole et partager vos réflexions!

Nous ouvrons des pensées en rhizomes transversales pour tisser des interactions entre les disciplines, dans un va et vient entre pragmatisme du métier et espoir d’un monde nouveau. Il ne s’agit pas d’idées justes, juste des idées, des idées courtes, des cartographies d’un écosystème vivant pour apprendre ensemble face à la crise, apprendre à penser plus large, plus loin, et construire notre avenir.

Au-delà des scènes fermées, des représentations reportées, la prise en compte des défis logistiques, numériques, écologiques, multimédia…par des créateurs, retentit comme un souffle sur le spectacle vivant.  

L’objectif est donc de rassembler des contributions :  de scénographes, créateurs costumes, créateurs lumières, vidéastes, architectes, étudiants, directeurs techniques, professionnels du spectacle, de la mode, de l’exposition, du cinéma …Pour former un corpus de réflexions stimulantes, parfois dissonantes, témoin en cela de nos interrogations contemporaines

Soumis à un comité éditorial de l’UDS ces visions donneront à voir et à lire les préoccupations de chacun pour les partager avec tous.

Pour être publié, chaque article doit compter entre 1 500 et 3 000 signes maximum. Les contributions sont à envoyer à l’adresse :

fragmentation.uds@yahoo.com /  en précisant nom, prénom et profession.

Date limite du dépôt des contributions le 29 Mai 2022 !

Contribution libre et ouverte à tous , l’adhésion à l’UDS n’est pas obligatoire

télécharger l’appel :

Bilan enquête 2021 Etats des lieux des droits d’auteur perçus par les créateur.trice costume en France

LE BESOIN D’UNE ENQUETE
Les conditions de travail et de rémunération du créateur costume dans le spectacle vivant en France sont peu connus et ont un contour assez vague.
Effectivement rares sont les diplômés qui ont été sensibilisés aux salaires pratiqués sur le terrain ou qui ont été armés pour les négocier.
L’inscription dans un réseau professionnel étant parfois complexe vu le nombre de professionnels disponible et compétents, les débutants sont souvent contraints d’accepter les conditions salariales qu’on leur propose et n’osent pas les négocier à la hausse.
Difficile ensuite de revenir sur des habitudes de rémunération, dans les équipes où l’affectif s’insinue souvent dans les relations professionnelles.
De plus, l’exercice de la profession de créateur.trice costume étant assez solitaire (il ou elle ne travaille pas au sein d’équipe de création costume), les professionnels qui parviennent à tirer leur épingle du jeu en obtenant des conditions favorables ne transmettent pas forcément ce qu’iels ont obtenu.
Les grilles salariales existantes* sont rarement consultées et servent peu lors des négociations, car contrairement à l’idée reçu que ce milieu professionnel est collectif et coopératif, les négociations sont âpres et la hiérarchisation des salaires en fonction de la notoriété est très libérale.

Télécharger le bilan complet de l’enquête:

Bilan enquête 2021 – états des lieux des revenus pratiqués pour les métiers de scénographes et créateur costumes

LE BESOIN D’UNE ENQUETE.

Jusqu’à présent, les conditions de travail et de rémunérations du scénographe et du créateur costume dans le spectacle vivant paraissent toujours un peu flou.

Parler de rémunération dans la culture et dans les équipes artistiques est souvent un sujet sensible, car pour les artistes il est difficile d’évaluer la valeur de son travail, de son temps passé et que nos métiers sont tributaires des budgets variables des productions parfois même au sein d’une même structure. De plus un lien de subordination subsiste entre le metteur en scène parfois directeur de lieu et son équipe artistique ce qui limite souvent l’espace de négociation.

Régulièrement à l’UDS on s’interroge si l’offre salariale forfaitaire que l’on nous propose est juste et si nous avons une grille de référence pour pouvoir mieux négocier nos contrats.

Cette enquête est une première étape comme état des lieux de notre situation, et des offres de rémunérations qui sont proposés.

L’UDS a réclamé au service statistique de Pole Emploi des chiffres plus précis sur les moyennes de rémunérations et des heures pour nos métiers que nous n’avons jamais obtenus.

TECHNICIEN – ARTISTE /AUTEUR

La portée des règlementations actuelles est difficilement descriptible, du moins en quelques mots. Pour rappel le scénographe, contrairement au metteur en scène et au chorégraphe, relève de l’annexe 8 (techniciens) et non pas de l’annexe 10 (artistes), car il n’est pas à ce jour mentionné dans l’article L7121-2 du Code du travail.

Depuis 2017 les scénographes sont reconnus comme des artistes auteurs. Les scénographes pour leur travail de création intellectuelle, c’est-à-dire la conception artistique de la scénographie leur confère les droits de propriété intellectuelle qui ouvrent des droits d’auteurs qui doivent être cotiser au régime social des artistes-auteurs.

Le décret n° 2020-1095 publié le 28 août 2020 attendu par l’ensemble des artistes-auteurs vient mettre en application les préconisations du rapport Bruno Racine, sont reconnus auteurs de scénographies de spectacles vivants, d’expositions ou d’espaces.

À la suite d’échanges ministériels L’UDS a précisé dans les items de l’Ursaff l’extension du mot scénographe avec ses corolaires :

– scénographe créateur costumes,

– scénographe créateur lumière,

– scénographe designer d’espace.

Malgré des engagements politiques, les défis en matière de reconnaissance de la qualité artistique de nos métiers subsistent, en témoigne dans les réponses de l’enquête les incompréhensions sur les droits d’auteurs. 76% disent ne pas percevoir de droit d’auteur à la création, et 81% disent ne  pas percevoir de droit d’auteur en cas de reprise où de tournée. Les théâtres privés et les Opéras de France versent régulièrement des droits d’auteurs mais avec des taux variables selon les structures. Les compagnies de théâtres et théâtres subventionnés méconnaissent très souvent leurs obligations vis à vis de nos métiers.

De nouvelles réunions avec le Ministère de la Culture sont attendues pour clarifier par une directive ministérielle les revenus d’artistes auteur et pour modifier le code du travail et ainsi reconnaître pleinement le scénographe comme un artiste.

A l’examen de l’enquête, il ressort de prime abord qu’il n’existe pas de limite bien tracée des rémunérations. L’analyse révèle des grandes disparités salariales pour les scénographes et un écart plus important avec une moyenne plus homogène et basse pour les créateurs/ créatrices costumes.

On peut expliquer cette rémunération pour les costumes par un manque de considération et de reconnaissance du métier de créateur costumes.

Les nouveaux défis auquel nous devons faire face dans un contexte fort de mutation économique et écologique, nécessite pour nos métiers de nouveaux savoir faire et compétences à valoriser. Vous êtes 80% à dire que les budgets des créations sont en baisse, dans un contexte fort d’inflation des matières premières, et de réduction des productions suite aux reports et annulations liés à la Covid.

Les enjeux de réemploi et de développement durable nécessitent plus de garantie sur la reconnaissance du droit d’auteur et la rémunération du scénographe sur le temps de création et d’exploitation de son œuvre.

Surtout que 78% estiment dans l’enquête que la rémunération pour le temps de travail consacré à une création (travail préparatoire, suivi des répétitions et travail sur le plateau) ne correspond pas à une juste rémunération.

Cette majorité invite à une réflexion pour une révision à la hausse des rémunérations forfaitaires.

télécharger le dossier complet de l’enquête 2021:

Enquête ! états des lieux des revenus pratiqués pour les métiers de scénographe et créateur costumes

On s’interroge souvent sur la juste rémunération de nos contrats de créateurs scénographes et costumier.e.s . Les jeunes comme les plus chevronné.e.s se demandent souvent comment négocier un contrat et quelles sont les marges de négociations.
Aussi nous lançons une enquête anonyme pour créer un outils et une grille de référence salariale . On compte sur vous pour répondre à notre enquête !


États des lieux des Revenus pratiqués pour les métiers de SCÉNOGRAPHE et CRÉATEURS COSTUMES Pour avoir un observatoire et une connaissance tiré des usages constatés dans le monde du spectacle, et pour pouvoir mieux négocier nos contrats et savoir quels sont les Salaires bruts moyens , nous vous invitons à répondre à notre formulaire anonyme .

https://forms.gle/xvPSpVJqyhuPk6D6A

Rapport sur la politique de l’art lyrique en France

L’UDS union des scenographes et l’UCL union des créateurs lumières ont participé aux travaux de cette mission dans le cadre d’une audition avec Caroline Sonrier en collaboration avec Emmanuel Quinchez

Ce rapport, qui dresse un état des lieux très complet de la production lyrique en France, propose un socle commun pour l’Etat, les collectivités territoriales et les professionnels en vue d’engager le dialogue entre toutes ces parties afin de construire un cadre unifié et renouvelé pour l’Opéra du XXIe siècle.

Si l’accent est donné sur les chanteurs et musiciens , l’UDS reste vigilent pour que l’art lyrique englobe comme un « art total » tous les métiers artistiques et techniques essentiels à la création d’un opéra !

Le rapport complet est disponible sur le site du Ministère de la Culture : https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Rapports/La-politique-de-l-art-lyrique-en-France

Vous pouvez également consulter le communiqué de presse réalisé à l’issue de cette présentation, avec une synthèse du rapport à télécharger :  https://www.culture.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Presentation-de-la-mission-sur-la-politique-de-l-art-lyrique-en-France-realisee-par-Caroline-Sonrier

réemploi des décors de spectacle : attention aux droits d’auteurs !!!!

article publié dans la lettre du spectacle N° 331 septembre 2021

Lorsque les décors sont réutilisés sans l’accord du scénographe, un théâtre s’expose à une condamnation pour contrefaçon et au versement de dommages et intérêts pour atteintes portées aux droits d’auteurs !

De fait la loi protège les droits d’auteurs sur toutes les œuvres de l’esprit , quel qu’en soit le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination !