Archives de catégorie : Éco-conception

Scénographies : repenser, réduire, réutiliser ou recycler les décors d’opéras

Journée professionnelle Mardi 8 novembre 2022 à l’opéra de Limoges, espace Simone Veil

L’Opéra de Limoges en partenariat avec le Collectif ARVIVA et L’UDS organise à l’occasion de la création La Princesse Jaune et autres fantasmes dans une mise en scène et scénographie d’Alexandra Lacroix et Fanny Laplane collaboratrice à la scénographie, une journée de débats sur les enjeux d’éco-responsabilité dans la scénographie du spectacle vivant

Vers une production éco-responsable : l’exemple de
La Princesse jaune et autres fantasmes
Quels problèmes posent la réutilisation de décors ou
l’utilisation de nouveaux matériaux ? Véritable solution
environnementale et durable ou étape vers de nouvelles
modalités de création et de fabrication ?

La prise en compte des problématiques
environnementales dans la production lyrique : de
nouveaux enjeux.

Comment les institutions et compagnies lyriques prennent-elles
en compte les problématiques environnementales et écologiques
Avec quels moyens (place des pouvoirs publics) ? Sous quelles
modalités (nouvelles mutualisations, nouvelles modalités de
production, nouvelles synergies…) ?

programme complet

https://www.operalimoges.fr/agitateurlyrique/reservation/journee-detude-decor-et-developpement-durable

L’éco-responsabilité et ses conséquences financières: la baisse des couts vraiment ?

débat dans le cadre de la 7e édition de Think Culture au Centre Pompidou (Paris 4e), organisée par News Tank Culture, le 06/09/2022.

Les intervenants :
Thibault Sinay, président de l’Union des Scénographes, membre fondateur de XPO – Fédération des concepteurs d’expositions
Julien Bernard, président de Nova Consulting
Patrick Comoy, chargé de la transition écologique auprès du secrétaire général du ministère de la Culture
« Produire en pensant à l’usage d’un élément, à son cycle de vie et à ce qu’il va devenir demain »
« Les notions d’éco-conception et de réemploi obligent à penser au-delà des besoins immédiats que demande la production d’un spectacle ou d’une exposition. Nous devons produire en réfléchissant à l’usage d’un élément, à son cycle de vie et à ce qu’il va devenir demain. Comment le stocker ? Comment le réemployer ? Comment le démanteler ? », indique Thibault Sinay, président de l’Union des Scénographes, lors du débat « L’éco-responsabilité et ses conséquences financières : la baisse des coûts, vraiment ? » dans le cadre de la 7e édition de Think Culture au Centre Pompidou (Paris 4e), organisée par News Tank Culture, le 06/09/2022.

« Très souvent, les enjeux de responsabilité écologique visent à améliorer l’empreinte carbone, à moins consommer au sens large et donc à moins dépenser. La conséquence est que ces mesures coûtent plus cher en investissement, nécessitent une réflexion stratégique, des coûts d’ingénierie (…) Les contraintes économiques des institutions faisaient qu’elles avaient tendance, historiquement, à privilégier une vision à très court terme. Aujourd’hui, les mentalités évoluent », déclare Julien Bernard, président de Nova Consulting.

« Avant même d’entrer dans l’ajustement et l’orientation des financements, figurent des choses incontournables comme le fait de pouvoir mesurer, de savoir ce que telle activité ou telle action a comme impact. Ce n’est pas encore fait pour tous les secteurs et toutes les activités. Nous devons nous assurer que ce type de processus devienne plus simple, que des outils soient rendus disponibles, partagés, parfois labellisés. Il nous faut aussi nous assurer que ces outils sont de bons outils et que chacun puisse s’en saisir, notamment en les rendant disponibles en open source. La deuxième chose incontournable est la possibilité pour les acteurs des filières culturelles de se former », ajoute Patrick Comoy, chargé de la transition écologique auprès du secrétaire général du ministère de la Culture.

« Le réemploi oblige à penser au-delà des besoins immédiats de la production »

News Tank rend compte des échanges de la journée Think Culture ici : https://culture.newstank.fr/

L’approche durable de l’exposition

Par: Adeline Rispal, architecte, scénographe, présidente fondatrice de XPO Fédération des concepteurs d’exposition

extrait article ci dessous.

lien complet :

1. L’approche durable et holistique

L’écoconception de la scénographie des expositions s’entend le plus souvent comme une approche écologique des moyens mis en œuvre pour concevoir et réaliser une exposition. À cette approche écologique, à la fois indispensable et réductrice, nous préférons une approche durable, à savoir plus globale.

2. Écoconception vs économie durable

L’accélération des désordres environnementaux et leur médiatisation ont augmenté la prise de conscience de tous et engendré un début de changement de paradigme bénéfique dans le monde des expositions, qu’elles soient artistiques, historiques ou scientifiques, ces dernières ayant un train d’avance sur les autres.
Le spectacle vivant, lui aussi, a entamé sa transition écologique depuis plusieurs années.
À part quelques exceptions, ce n’est que depuis 2020 que les professionnels des musées et des expositions se mettent à penser l’écoconception. Les plus vertueux se fédèrent afin de mutualiser les recherches ; des plateformes se construisent pour permettre à tous de s’emparer de ces problématiques3.

3. Transitions écologique et numérique, une injonction paradoxale ?

À côté de cela, la transition numérique va bon train à grands renforts de subventions.
Les musées s’en emparent comme d’une bouée pensant sortir de la crise pandémique en retrouvant les visiteurs disparus au fond de leurs canapés. C’est vrai, pourquoi bouger ? On devrait s’interroger sur les conséquences d’une self-culture qui se livre désormais à domicile plus vite qu’Uber Eats… il en est encore temps.
Mais plus immédiatement, ne sommes-nous pas en train de rendre l’économie de la culture totalement dépendante du numérique, elle qui ne se nourrit que d’indépendance ? Alors même que nous sommes déconfinés, la désaffection persistante des théâtres, des cinémas et des musées, récemment analysée dans le rapport du Ministère de la Culture5, ne va-t-elle pas s’inscrire dans la durée ? Des pratiques culturelles à deux vitesses (présentielles et distancielles) ne sont-elles pas en train de se mettre en place ?

En conclusion

En mai 2020, dans Le Monde, XPO a appelé de ses vœux la création d’un Centre national de l’exposition14 afin de doter l’écosystème de moyens d’échanges, de recherche et de coordination pour en assurer les transitions écologique et numérique.
Plus de 100 millions de visiteurs fréquentaient des expositions en France en 2019 (200 millions de spectateurs par an allaient au cinéma). Nous nous posons la question du renouvellement de ces publics. La recette miracle pour une approche durable est-elle dans le seul numérique même s’il peut y participer et notamment dans la production de savoirs et dans l’inclusion ? La réflexion est à pousser dans un échange transdisciplinaire sur les enjeux des expositions.
On innove, pour l’instant, dans une vague d’expositions « immersives et sensorielles » favorisant une fascination plus qu’appropriation, une approche plus collective qu’individuelle, et qui toucherait plus aisément des jeunes publics usagers du numérique. Mais à quel prix pour la diffusion de la culture dont l’objet est bien, encore et toujours, l’individuation, essentielle au développement de notre civilisation ? L’empathie esthétique15, seul vrai vecteur d’une rencontre avec les œuvres humaines et de la nature, n’a rien d’un processus collectif. Albert Camus reste d’actualité : « Tout ce qui dégrade la culture raccourcit les chemins qui mènent à la servitude. »16

Adeline Rispal, architecte, scénographe, présidente fondatrice de XPO Fédération des concepteurs d’exposition

  1. https://www.ademe.fr/expertises/developpement-durable/quest-developpement-durable
  2. https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9veloppement_durable#/media/Fichier:Sch%C3%A9ma_du_d%C3%A9veloppement_durable.svg
  3. https://lesaugures.com/ et leur partenaire Scénogrrraphes, collectif coordonné, entre autres, par Annabel Vergne.
  4. https://www.code-commande-publique.com/remuneration-du-maitre-doeuvre/
  5. https://www.culture.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Pratiques-culturelles-des-Francais-Bilan-a-la-fin-de-l-ete-2021
  6. cf Étude du CREDOC https://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2020-6-page-1.htm
  7. https://theshiftproject.org/article/deployer-la-sobriete-numerique-rapport-shift/
  8. https://theshiftproject.org/plan-de-transformation-de-leconomie-francaise-focus-sur-la-culture/
  9. https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/alt/DLR5L15N40696
  10. https://ceebios.com/
  11. https://secoya-ecotournage.com/
  12. Définition de l’exposition sur le site de XPO : https://www.xpofederation.org/les-administrateurs
  13. https://www.cinov.fr/syndicats/xpo
  14. https://www.xpofederation.org/l-appel-a-la-creation-du-cne
  15. Pierre Lemarquis, L’empathie esthétique, Ed. Odile Jacob, 2015
  16. Citation dans un entretien en 1951

Bilan Enquête sur l’éco-conception pour les scénographes et créateurs et créatrices costume Résultats

Besoin de l’enquête européenne


L’UDS (Union Des Scénographe) anime une commission Développement Durable créé lors de son AG de 2020.
Durant l’année 2021 le besoin d’un état des lieux de la pratique de l’éco-conception dans le métier est apparu
afin de faire ressortir des besoins et problématiques communes. Initialement, l’enquête avait été pensée pour
alimenter une exposition sur le sujet lors des Rencontres Européennes de la Scénographie. L’événement a été
annulé pour cause de covid ainsi que l’exposition.
Ce document répertorie les réponses à cette enquête. Il ne présente pas des recommandations de l’UDS mais
est une base de données. Le but est de mettre en dialogue nos pratiques et créer une dynamique collaborative
autour de la question de l’éco-conception.
Les participants

  • 94 participants dont 16 créateurs basés et/ou travaillent à l’international (Canada, Allemagne, Royaume Unis,
    Danemark, Finlande, Norvège, Suisse, Belgique, Autriche, Maroc, Chine, Russie)
  • 51 % de scénographes, 35 % de créateurs et créatrices costumes, 14% exercent les deux métiers
  • 72 % travaillent dans le théâtre, 20% à 30% travaillent dans l’opéra, l’exposition, l’événementiel,la danse, et
    10% à 20% travaillent dans le cinéma, le cirque et les arts de la rues
  • 44% ont entre 30 et 40 ans, 19 % ont entre 20 et 30 ans ainsi qu’entre 40 et 50 ans, 13 % entre 50 et 60 ans, et
    5% plus de 60 ans

télécharger le bilan de l’enquête complète.

réemploi des décors de spectacle : attention aux droits d’auteurs !!!!

article publié dans la lettre du spectacle N° 331 septembre 2021

Lorsque les décors sont réutilisés sans l’accord du scénographe, un théâtre s’expose à une condamnation pour contrefaçon et au versement de dommages et intérêts pour atteintes portées aux droits d’auteurs !

De fait la loi protège les droits d’auteurs sur toutes les œuvres de l’esprit , quel qu’en soit le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination !

le réemploi des décors de spectacle : entre utopie et réalité.

Chaque mois, ScènePlus passe au crible l’actualité et les tendances fortes
du domaine technique du spectacle.

Sa rédaction, composée de professionnels en activité, s’intéresse à toutes les facettes
de ce passionnant secteur : son, lumière, backline, matériel de scène, consommables,
logiciels…

La question de l’économie circulaire et notamment du réemploi des décors est devenue un enjeu majeur dans le spectacle vivant mais constitue-t-elle pour autant une démarche inédite pour les scénographes ?

Le scénographe peut-il s’inscrire dans une démarche d’éco-responsabilité sur le long terme ? 

La scénographie et les (trop) vastes enjeux de la transition écologique

Lors du colloque « La nature n’est plus un décor. Opus 1 », organisé par Agnès terrier (Opéra- Comique) et Isabelle Moindrot (Université Paris 8, IUF), les 2 et 3 juin 2021, nous avons évoqué la question du réemploi des matériaux préexistants, qui est l’une des options possibles pour une scénographie écoresponsable.

Quels changements induit le réemploi des décors au niveau du processus de création ?

IGNIFUGES, la dernière génération de retardateurs de flamme

L’ignifugation | Phase majeure de la prévention des risques .Forme primaire de protection passive, l’opération n’en répond pas moins à d’inévitables exigences légales et structurelles.

Le sel de bore est largement utilisé pour l’ignifugation C’est une substance minérale simple que l’on extrait de certaines roches riches en borax.

Il assure trois fonctions importantes:

  • insecticide (évite le développement des capricornes et autres insectes xylophages)
  • antifongique (évite la formation de moisissures)
  • ignifuge (réduit le risque d’incendie)

Les sels de bore possèdent une double fonction dans le traitement des bois de construction :

Insecticide et fongicide, il traite le bois contre les xylophages et les champignons lignivores ;
Ignifugeant, il retarde la propagation du feu en cas d’incendie en dégageant des molécules d’eau lorsqu’il se trouve en présence d’une flamme.
Fréquemment utilisé dans le traitement du bois de construction, les sels de bores, acides boriques et autres borates… seront soumis dès 2010 à un classement CMR Reprotoxique Catégorie 2 (« Substances et préparations pour lesquelles il existe une forte présomption que l’exposition de l’homme à de telles substances et préparations peut produire ou augmenter la fréquence d’effets nocifs non héréditaires dans la progéniture ou porter atteinte aux fonctions ou capacités reproductives. »).

Cette nouvelle réglementation restreindra également son emploi dans la construction aux seuls professionnels.

L’étiquetage

Pictogramme toxique
RISQUE TOXIQUE POUR LA REPRODUCTION
R 60 : Peut altérer la fertilité
R 61 : Risque pendant la grossesse d’effets néfastes pour l’enfant
Toxicité pour l’homme
Fréquemment utilisé dans la construction comme biocide, antifongique, ignifugeant, il faut rappeler que son emploi nécessite des équipements de protection individuelle (protection respiratoire, gants, lunettes ou écrans, vêtements spéciaux…) et que son utilisation doit se limiter au strict nécessaire.

Toxicité pour l’environnement

Ecotoxique également pour les organismes aquatiques, le borax est mortel pour la plupart des organismes aquatiques, il est à noter que les bois traités aux sels de bores sont à considérés comme dangereux et doivent être décontaminés en fin de vie.

La dernière génération de retardateurs de flamme

Tous les produits ECOGARD® – ignifuges combinent la protection contre les flammes la plus sûre, la meilleure compatibilité environnementale et cutanée ainsi que l’application la plus simple. Tous les ignifuges ECOGARD® sont prêts à l’emploi non dilués et peuvent être traités directement.
L’efficacité de tous les produits ignifuges ECOGARD® est permanente tant que les produits protégés ne sont pas trempés ou lavés.
Une réimprégnation n’est donc pas nécessaire s’il n’y a ni lavage ni lavage.

ECOGARD® sont des retardateurs de flamme

  • utilisation très efficace et économique
  • prêt à l’emploi: peut être utilisé non dilué
  • non toxique, inodore et doux pour la peau
  • écologiquement inoffensif
  • ignifuge

https://www.tuchler.net/de/produkte/flammschutzmittel.html

enquête sur l’éco-conception

L’UDS lance son enquête sur l’éco-conception afin de faire un état des lieux des pratiques, des réflexions et des expérimentations en cours.

Pour y répondre c’est ICI.

Emoji Cette enquête s’adresse aux scénographes de tous les domaines ainsi qu’aux créateurs et créatrices de costumes. Elle nécessite environ 10/15 minutes. N’hésitez pas à la diffuser largement autour de vous.

Emoji Cette enquête est lancée dans la perspectives des Rencontres Européennes de la Scénographie que l’UDS organise en mai 2021 avec  comme fil vert les questions d’écologie dans nos métiers.

Nous vous remercions chaleureusement de votre participation,

Confraternellement,

This survey is aimed at set designers from all fields as well as costume designers. It takes about 10/15 minutes. Do not hesitate to broadcast around you.

This survey is launched in the perspective of the European Meetings of Scenography that UDS is organizing in May 2021 with the green thread of ecological issues in our professions.

We warmly thank you for your participation,

Lettre d’information du Collectif des Festivals Eco-Responsables et Solidaires Région Sud

 Eco-News
Collectif des festivals éco-responsables et solidaires en Région Sud
https://cofees.udcm.net/

Actualités du Collectif et de ses membres Boite à outils « Manifestations Zéro Déchet Zéro Plastique en Provence-Alpes-Côte d’Azur » : Dans le cadre des chartes “ Zéro Déchet Plastique en Méditerranée” en Région Sud et « Drastic on Plastic France »,COFEES, Zéro Waste Marseille et l’ARBE ont identifié les solutions locales pour aider les organisateurs de manifestations à supprimer les plastiques à usage unique et à améliorer leur gestion des déchets. Lire la suite et télécharger la Boite à Outils.

Outils pour les éco-festivals : « Faire un état des lieux » dernier article de la série proposée par COFEES inventoriant outils pratiques, guides, sites internet et formations utiles pour les festivals souhaitant débuter ou consolider leur démarche responsable. Déjà en ligne  « Se faire accompagner » et « S’appuyer sur des formations, chartes ou guides« .

La 40e édition du Festival International de Piano de La Roque d’Anthéron se déroulera du 1er au 21 aout sous une forme répondant aux contraintes sanitaires. Sa programmation fera la part belle aux artistes français ou aux artistes demeurant à proximité et les jauges seront adaptées afin de respecter les règles de distanciation physique.

Gouvernance partagée au Festival OFF d’Avignon. Encore quelques jours pour répondre à la consultation publique initiée par le Festival OFF d’Avignon pour construire ensemble le festival de demain. Répondre à la consultation.          

Actualités des éco-manifestations Drastic on Plastic France :  plus de 100 festivals signataires. Après deux webinaires réunissant plus de 72 festivals en avril,  les membres du R2D2 vont proposer des webinaires thématiques tout au long de l’année afin d’identifier collectivement des alternatives aux plastiques à usage unique. Télécharger « Le Guide pour des festivals zéro plastique » sur le site de Drastic on Plastic.

Riders et tables de régies responsables : à l’initiative du R2D2, deux réunions de travail collaboratif se sont tenues en mai réunissant des acteurs nationaux représentant artistes, tourneurs, techniciens, salles et festivals issus de champs culturels divers. Prochaine étape, l’élaboration et la validation d’un plan d’actions collectif pour les mois à venir. A partir du 1er juillet 2020, le Réseau des Eco-Évènements organise la 2e édition de ses journées d’études nationales « Territoires d’événements responsables » à destination des collectivités territoriales sous un format original mêlant visioconférences et journée en présentiel. Informations et inscriptions. Le Collectif des Festivals en Bretagne propose une nouvelle fiche pratique sur les achats responsables. Télécharger la fiche.

La Chaire d’Innovation Cirque et Marionnette (ICiMa), dispositif porté par le CNAC, met à disposition des chercheur.se.s, artistes, scénographes, pédagogues, ingénieur.e.s, etc., une riche bibliographie « arts et écologie ». Lire la suite.

Le Ouaï, journées de l’événement responsable, propose tous ses webinaires en ligne. Accéder aux webinaires. Toute l’actualité des événements éco-responsables dans la Revue de Presse Responsable et Inspirante du COFEES mise à jour régulièrement. Accéder à la Revue de presse
 

Actualités Environnement et RSE Fruit de regards croisés entre chefs d’entreprise, préventeurs et médecins du travail, sous l’égide du Centre Médical de la Bourse, le SYNPASE publie un « Protocole sanitaire des prestataires techniques pour le spectacle vivant et l’évènement« . Télécharger le protocole. Les candidatures sont ouvertes pour les Trophées RSE Provence Alpes Côte d’Azur jusqu’au 30 juillet. Informations et inscriptions. Prolonger le télétravail après le déconfinement ? Petite sélection de fiches conseils et outils pratiques pour accompagner les entreprises : infographie « Comment télétravailler léger ? » de l’ADEME, « Questions/réponses Télétravail et déconfinement » du Ministère du travail, étude « Confinement, mobilité et modes de vie » menée parl’ObSoCo.