Archives de catégorie : Spectacle vivant

UN spectacle vivant plus juste et durable

En ces temps d’austérité budgétaire où le souffle de la culture est menacé, certains vents glacés se dirigent sur nos métiers.

Le Ministère de la Culture, ne demande plus seulement aux scénographes des talents artistiques, Il exige également des compétences technologiques et écologiques, ce qui nécessite une révision urgente de l’accès à la formation professionnelle dans nos métiers, et par extension, du statut même des scénographes.

L’UDS constate que les métiers de l’ombre se sont très largement féminisés depuis la fin des années 1980, ce mouvement qui s’accentue loin d’être anodin est concomitant du processus insidieux de dépréciation de nos professions.

On observe dans le spectacle un clivage au sein des métiers entre d’une part un versant privilégié par les femmes : scénographie, costume, lumière et d’autre part un versant considéré comme plus prestigieux qui resterait l’apanage des hommes (metteur en scène producteurs) . Cette distinction nourrit un déséquilibre, renforçant des liens de subordination et exacerbant les inégalités salariale et d’accès à la formation.

Dans cette ère de mutation et de transition, où l’urgence environnementale commande chaque geste, chaque décision, l’UDS questionne la capacité du secteur du spectacle vivant à s’adapter, à innover, à répondre aux défis colossaux qui se dressent devant lui. Car tandis que le monde progresse à pas de géant, nos métiers, enserrés dans des contraintes aussi rigides que désuètes peinent à évoluer.

Le statut contraignant de technicien auquel sont assimilés les scénographes, créateurs/créatrices lumières et costumes loin d’être un simple détail administratif, entrave insidieusement leur accès à une formation adaptée aux exigences contemporaines : nouvelles technologies, processus de création durable. Il est temps de reconnaître l’obsolescence de ce modèle archaïque, de mettre fin à cette injustice qui bride les potentiels créatifs et entrave la marche vers un avenir meilleur et durable. (Le rapport ministériel de 2015 Bâtir un cadre stabilisé et sécurisé pour les intermittents du spectacle rédigé par Hortense Archambault encourageait déjà cette révision de nos statuts de techniciens.)

Il est donc impératif de repenser et d’accorder la priorité à des formations adaptées aux besoins exprimés par les professionnels à la croisée des chemins entre l’efficacité opérationnelle et la nécessité de se réinventer face aux défis contemporains.

Il est grand temps de reconnaître que l’accès à la formation et les formations ne correspondent plus à la réalité de notre époque. Le constat que nous dressons est sans appel. Il est temps d’agir avec détermination et audace pour corriger cette injustice et permettre aux scénographes de jouer pleinement leur rôle dans la construction d’un avenir meilleur et plus prometteur pour tous.

Ainsi, nous réclamons avec force une réforme radicale des conditions d’accès aux statuts d’intermittent, pour garantir à tous les acteurs du spectacle vivant un accès équitable à la formation. Car c’est dans cette équité que réside la promesse d’un secteur plus dynamique, plus inclusif, prêt à embrasser les défis de demain avec audace et détermination.

Pour bénéficier d’un accès à la formation dans le cadre du plan de développement des compétences, il faut justifier d’un volume d’activité minimum en CDDU intermittent au cours des deux dernières années variable selon le statut l’annexe 8, créée en 1964, pour les ouvriers et techniciens du spectacle ; l’annexe 10, créée en 1967, pour les artistes du spectacle .

https://www.afdas.com/particulier/connaitre-les-dispositifs-et-les-modalites-dacces-a-la-formation/intermittents-du-spectacle-et-de-laudiovisuel.html

Rendre le spectacle durable pour rester vivant

30 REGARDS CROISÉS SUR LE SPECTACLE VIVANT POUR ESQUISSER DES PISTES ET DES PERSPECTIVES 

Les questions environnementales, énergétiques et sociales sont les enjeux du monde d’aujourd’hui et encore plus ceux de demain. Mieux les comprendre, c’est déjà anticiper les évolutions à venir. Cet ouvrage réunit 30 contributions pour décrypter les enjeux de la transition écologique appliqués au monde du spectacle vivant. Il a été pensé et conçu comme un partage entre pairs, de connaissances et d’expériences de terrain, invitant au dialogue entre professionnels et professionnelles du spectacle sur ce sujet crucial et donc incontournable. Préface de Camille Étienne Sous la direction de Nicolas Marc1ère édition – 236 pages

pour le commander en ligne :

https://boutique.lascene.com/common/product-article/536

L’UDS a été invité et associé à cette publication , avec un chapitre :

Poser un pied dans le réel des scénographes:

extraits:

Partant du constat d’une fin de partie, le vert gagne du terrain et revient sur les scènes de théâtre, là où il était proscrit par tradition de superstition (1). Depuis quelques temps on cherche des solutions à tire-larigot pour hacher menu nos émissions de carbone. Dans un étrange et passionnant mouvement pendulaire, on espère réconcilier éphémère et durable, dans un partenariat gagnant-gagnant !

Il y aura des gains et des pertes, nous dit-on, et le pragmatisme nous invite sans détour à voir dans chaque recommandation verte, une mesure d’austérité économique. L’occasion pour nous de tordre le cou à l’idée que l’espace vide prôné par Peter Brook (2) n’est pas la sphère du rien mais un potentiel créatif pour laisser place à quelque chose de nouveau. Le rien risque d’être malgré tout un point de dénouement fatal.

Par sa dimension matérielle, la scénographie est sans doute une des parties les plus polluantes dans la création d’un spectacle. Les matériaux employés et les moyens mis en œuvre pour construire, déplacer, stocker et jeter les décors suscitent aujourd’hui la mobilisation des professionnels du secteur pour penser de nouvelles méthodes de travail.

Pendant de nombreuses années, les scénographes ont été écartés des débats sur les enjeux du spectacle vivant. Avec les crises successives, notre regard retrouve un regain d’intérêt et une vision solidement ancrée dans la pratique et l’expérience. Le plan d’action ministériel  “ pour créer autrement “ devrait être complété par “ administrer autrement “, car ces nouveaux défis transforment en profondeur nos organisations et gouvernances pour faire évoluer les compétences opérationnelles relatives à nos métiers.

Certaines pratiques et solutions ne sont pas nouvelles. Souvent considérées comme révolues ou désuètes en période de prospérité, elles sont réactivées pour s’acclimater aux périodes de crises économiques.(3)

Penser l’innovation, c’est concevoir au-delà des besoins immédiats de la production d’un spectacle. C’est élaborer une chaîne complète d’actions prenant en compte la totalité du processus de création, de la conception à la fin de vie du décor et des costumes, en veillant à minimiser l’impact environnemental à chacune de ces étapes.

Outre l’impact des décors et des tournées, on mesure aujourd’hui combien il manque des espaces de stockage proportionnés et des ateliers de construction adaptés, mitoyens aux scènes pour développer des pratiques éco-responsables.

Il s’agit d’avoir une approche fonctionnelle du théâtre liée à une discipline vivante. Comme l’affirmait Winston Churchill : « Nous façonnons nos bâtiments, puis ce sont eux ensuite qui nous façonnent […] la configuration de nos espaces de discussion n’est pas neutre, elle dispose et oriente tout ce qui s’y dit et tout ce qui s’y fait » (4)

visite officielle de Madame la Ministre de la Culture au Centre National du Costume et de la Scène de Moulins

Communiqué de Presse UDS

Paris le 30/11/2023

Nous avons pris connaissance, sur les réseaux sociaux le 28 novembre 2023, d’une visite officielle de Madame la Ministre de la Culture au Centre National du Costume et de la Scène de Moulins.

Madame Rima Abdul-Malak a eu ainsi l’occasion de découvrir le tout nouveau département dédié à la scénographie et aux arts de la scène au CNCS, dit « La Scène ».

Cette initiative, témoignant de l’engagement politique envers les métiers des arts de la scène, représente indéniablement une avancée positive pour notre secteur.

Cependant, il faut rappeler que cette création, ouverte au public depuis 8 mois, n’est toujours pas officiellement inaugurée.

Nous ne pouvons manquer de constater une certaine indifférence envers les créateurs et conseillers de ce nouveau département du CNCS ainsi que l’absence des professionnels de l’écosystème absents lors de cette visite officielle.

Nous encourageons donc vivement le ministère à organiser une inauguration officielle, réalisée avec le respect dû aux différents acteurs, mettant en lumière l’ensemble des talents qui ont œuvré à la concrétisation de  “ La Scène “.  

Cet événement permettrait de souligner l’importance qu’accorde l’État aux arts de la scène et de rendre hommage aux artistes : scénographes de spectacle vivant, d’expositions et d’équipements, créateurs et créatrices de costumes et de lumières, ainsi que de tous les métiers d’arts impliqués dans la construction des décors et des costumes. 

Après l’absence déjà remarquée de scénographe en juin dernier pour représenter la France à la Quadriennale de scénographie de Prague, nous ne pouvons accepter, une fois de plus, ce manque de reconnaissance pour nos métiers et savoir-faire

Dans le tumulte du monde, Madame la Ministre, nos métiers créatifs et agiles ne sont pas désuets, aujourd’hui en pleine transition environnementale pour créer autrement, ils participent à la dynamique des Industries culturelles et créatives tant en France qu’à l’international.

C’est pourquoi nous restons disponibles pour collaborer à la mise en place d’une célébration culturelle significative sur le territoire bourbonnais valorisant la contribution des artistes et techniciens français au CNCS.

Cérémonie des Molières

Nous, membres de

l’Union des Scénographes (UDS),

de l’Union des Créateurs Lumières (UCL)

et d’un collectif de compositeurs et créateurs sonore,

remercions vivement le Conseil d’Administration de l’Académie des Molières de nous avoir consacré plus de la moitié du procès verbal de leur réunion du 18 janvier 2023. Cela indique clairement que notre demande d’une meilleure exposition de nos métiers lors de la remise des prix des Molières est inéluctable.

Cependant, nous récusons vivement la possibilité, lancée lors d’une conversation à bâtons rompus, d’être tout simplement écartés de la cérémonie des Molières et cantonnés à un événement annexe que, de surcroît, nous devrions financer.

L’Académie des Molières ne souhaite pas consacrer de temps aux équipes artistiques lors de la cérémonie. Cependant, à quoi ressemblerait le théâtre sans ces professionnels ?

Jouer sur un plateau nu,

Avec des comédien.ne.s dévêtu.e.s

Sous une Lumière ténue

Et une musique disparue.

L’objectif de la cérémonie des Molières est bien de mettre en avant le mérite des artistes afin de valoriser leur travail, de promouvoir le théâtre français et de donner le goût aux téléspectateurs d’aller au spectacle. C’est l’occasion d’offrir une vision d’ensemble des métiers de la scène et de faire la lumière sur le travail de ces figures de l’ombre, généralement méconnues du grand public.

Nous demandons à l’Académie des Molières de tout mettre en œuvre pour valoriser chacune des disciplines représentées dans l’équipe artistique : scénographie, création costumes, création lumières, création musicale et sonore, lors de la cérémonie des Molières, tout comme cela se fait depuis toujours dans nos pays voisins. N’en faisons pas une exception culturelle française

Scénographie et écoresponsabilité

JTSE 23/11/2022 Table ronde proposée par la fédération XPO, la fédération des concepteurs d’exposition (www.xpofederation.org ), propose une table ronde transdisciplinaire autour des enjeux de la scénographie écoresponsable du spectacle vivant et de l’exposition.Intervenants :

  • Camille Dugas, VP de l’UDS pour présenter l’UDS et les enjeux de l’écoresponsabilité dans le spectacle vivant
  • Philippe Maffre, administrateur de l’association Scénographes et administrateur de XPO va présenter l’écoresponsabilité dans la scénographie d’exposition
  • Stéphanie Daniel, membre de ACE et secrétaire générale de XPO, va présenter l’écoresponsabilité dans le domaine de l’éclairage,
  • Adeline Rispal, membre de l’UDS et VP de XPO, j’introduirai à l’approche globale archi / scéno d’exposition pour expliquer le besoin de collaboration entre tous les acteurs.
https://www.youtube.com/watch?fbclid=IwAR3fxEoidAzdHTkv-A1bYN5wGxkUbOworNNLPdHq_1FJ1tPjZuruj0m4iIg&v=ljUMKvFDMJk&feature=youtu.be

Scénographies : repenser, réduire, réutiliser ou recycler les décors d’opéras

Journée professionnelle Mardi 8 novembre 2022 à l’opéra de Limoges, espace Simone Veil

L’Opéra de Limoges en partenariat avec le Collectif ARVIVA et L’UDS organise à l’occasion de la création La Princesse Jaune et autres fantasmes dans une mise en scène et scénographie d’Alexandra Lacroix et Fanny Laplane collaboratrice à la scénographie, une journée de débats sur les enjeux d’éco-responsabilité dans la scénographie du spectacle vivant

Vers une production éco-responsable : l’exemple de
La Princesse jaune et autres fantasmes
Quels problèmes posent la réutilisation de décors ou
l’utilisation de nouveaux matériaux ? Véritable solution
environnementale et durable ou étape vers de nouvelles
modalités de création et de fabrication ?

La prise en compte des problématiques
environnementales dans la production lyrique : de
nouveaux enjeux.

Comment les institutions et compagnies lyriques prennent-elles
en compte les problématiques environnementales et écologiques
Avec quels moyens (place des pouvoirs publics) ? Sous quelles
modalités (nouvelles mutualisations, nouvelles modalités de
production, nouvelles synergies…) ?

programme complet

https://www.operalimoges.fr/agitateurlyrique/reservation/journee-detude-decor-et-developpement-durable

observatoire des métiers: scénographe et design costume

L’art difficile de la relance

Un problème majeur chasse l’autre dans notre société en crise perpétuelle,  Alors après avoir été frappés de plein fouet par la pandémie,  deux années blanches, une période de reprise bousculée, les secteurs culturels doivent maintenant faire face aux mêmes énormes défis en se relançant dans un contexte de pénurie sur fond d’inflation de l’énergie et des matériaux.
Dans le contexte politique actuel du spectacle vivant post covid et année blanche, les enjeux sont importants :, social, sociétal, économique , écologique….

Les premiers échos politiques que nous avons,  font état d’une renégociation prévue  la saison prochaine des Annexes 8 et 10 de l’Assurance Chômage, liée à au régime spécifique des salarié·e·s intermittent·e·s du spectacle. Un durcissement des conditions d’accès ou d’indemnisation est envisagé avec une augmentation du nombre d’heure au-delà des 507 Heures , en parallèle d’une mutation écoresponsable avec une invitation à un ralentissement des productions, des réductions budgétaires par des désengagements des collectivités territoriales .

L’UDS est en négociation avec le Ministère et les organisations professionnelles pour suivre l’évolution des stratégies et mutations de nos métiers dans ce contexte défavorable.

Pour mieux vous représenter , analyser cette période et défendre nos métiers nous avons besoin de mieux saisir vos problématiques et vous invitons donc à répondre à ce rapide questionnaire..

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe8H9R6n0elGCu_wD6GGeREpx4z_9MloRhRRF7uu6Bn0rueYA/viewform?usp=sf_link

Droit de réponse de l’Académie des Molières pour réhabiliter le Molière de la meilleure création décor, le Molière de la meilleure création costume ainsi que le Molière de la meilleure création lumière.

Cher.e.s ami.e.s,
Vous vous êtes associés à nous en interpellant l’Académie des Molières pour demander que soient réhabilités le Molière de la meilleure création décor, le Molière de la meilleure création costume ainsi que le Molière de la meilleure création lumière.
Grâce au soutien que vous nous avez apporté en signant notre lettre (visible sur le site de l’UDS), nous avons pu faire entendre notre voix. Nous vous remercions chaleureusement.
Ainsi Marie Sorbier nous a donné la parole dans Affaire en cours sur France Culture le 15 avril 2022 (à écouter ici). Notre pétition sur Change a recueilli près de 2350 signatures et a été partagée près de 950 fois (à voir ici).

Suite à nos échanges un rendez vous est prévue à la rentrée de septembre 2022

Réponse de l’Académie des Molières:

Chers amis,

Nous nous sommes déjà entretenus à plusieurs reprises sur ce sujet qui nous interpelle autant que vous, et sur lequel nous n’avons pas de solution satisfaisante à ce jour. Car s’ajoutent aux créations décor, lumière et costume que vous revendiquez, nombre d’autres familles souvent toutes aussi essentielles à la création théâtrale : vidéo, son, musique originale, marionnettes, masques (que serait sans elles le merveilleux Voyage de Gulliver), chorégraphie et direction musicale (que seraient sans elles les formidables Producteurs et autres ?), sans oublier les auteurs de livret, adaptateurs, traducteurs, et autres nombreux collaborateurs qui participent de la création théâtrale.

Alors, quoi ? Mettre en avant 3 catégories sur une douzaine ?

Certes les Molières sont attachés à mettre en avant le spectacle vivant dans toutes ses dimensions, tout comme ils s’efforcent par ailleurs de participer d’une meilleure représentation des genres ou de la diversité.

Mais notre objectif premier reste de soutenir une diffusion théâtrale qui a besoin des énergies conjuguées de tous. Les spectateurs qui retrouveront le chemin de nos théâtres voient, comme nous, la contribution à la magie théâtrale de tous ceux dont je viens d’énumérer de façon non exhaustive les professions.

Nous comprenons vos combats, même si nous ne pouvons pas donner aujourd’hui satisfaction à votre demande. Notre fenêtre télévisuelle du spectacle vivant ne dispose hélas pas de tous les atouts de l’industrie cinématographique : vedettes, bandes-annonces très professionnelles, notoriété, audiences en conséquence, moyens financiers, et d’abord et surtout une durée d’émission de plus de 3h30 pour les César alors que nous sommes contraints par la chaîne à ne pas excéder 2h15 !

Les postures qui réclament de supprimer deux respirations de 2 minutes pour ajouter 2 prix (et pourquoi ceux-là plutôt qu’une dizaine d’autres ?) négligent le fait que les spectateurs n’ont qu’un effleurement du doigt pour changer vers la centaine d’autres chaînes qui leur proposent mieux qu’un long palmarès. Et le spectacle vivant ce n’est pas ceci ou cela mais ceci et cela comme le rappelait Laurent Terzieff ! La Cérémonie des Molières ne peut pas se cantonner à l’énumération de 19 prix, ponctués de remerciements hélas souvent convenus ; l’humour y a tout aussi bien sa place.

Pour toutes ces raisons, je ne suis pas sûr que les Molières soient spécifiquement le lieu de votre demande. Cette Cérémonie est, et doit être, également un spectacle. C’est ce à quoi nous travaillons. Réjouissons-nous d’être revenus en première partie de soirée et de n’être plus cantonnés à un horaire ultra confidentiel entre 23h et 1h du matin !

Je vous prie enfin de m’excuser d’avoir mis quelques jours à vous répondre : dix jours avant la Cérémonie je ne dispose hélas pas beaucoup de mon temps.

Je reste à l’écoute de vos suggestions,

H . L Délégué général Les Molières

Réponse de l’UDS et UCL:

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil d’Administration de l’Académie des Molières,

Nous vous remercions pour votre réponse qui fait suite à notre lettre ouverte demandant que soient réhabilités les Molières pour la meilleure création décor, la meilleure création costume et la meilleure création lumière.

Nous sommes bien conscients de la complexité inhérente à la production de la cérémonie des Molières intégrant le calibrage requis par France Télévision, ainsi que la gageure de ne perdre aucun téléspectateur en route. L’Académie est une association, évidemment libre de mettre en oeuvre les choix votés par son conseil d’administration. 

Ceci étant dit, la cérémonie ayant une place de choix dans le calendrier culturel français, au même titre que les Césars ou que le festival de Cannes, cette cérémonie étant tellement attendue, espérée, voir même contestée par la profession, vous comprendrez aisément que son public, et nous-mêmes, nous nous l’approprions au point de vous solliciter légitimement. En rêvant la voir évoluer, et qu’elle demeure le reflet fidèle et généreux de notre société, nous l’aimons, nous voulons continuer à la regarder, à y participer, à y être félicités.

Nous vous remercions donc d’avoir enfin entendu que nous ne défendons pas les professionnels que nous représentons (les créateurs de décors, costumes et lumières) par pur esprit de chapelle mais que l’action que nous avons menée a rencontré un écho réel dans la profession et au-delà (cf signataires professionnels de la lettre ouverte, pétition signée par plus de 2500 personnes, interview France Culture).

Vous n’avez pour l’instant pas trouvé de solution équilibrée afin d’offrir une meilleure visibilité aux métiers autres que ceux de comédien et de metteur en scène. Nous pensons cependant que cette solution existe, et que nous pouvons la trouver ensemble.

La cérémonie pourrait avoir une version longue pour les spectateurs sur place également disponible en streaming, et une version allégée, « grand public », pour les téléspectateurs. Ceci n’est qu’une idée parmi tant d’autres, dont nous pourrions parler ensemble.

Nous vous prions de nous recevoir, ou mieux, d’accueillir un des professionnels que nous représentons au sein de votre conseil d’administration, pour rêver et réaliser la cérémonie de demain, encore plus belle que l’édition 2022.

Veuillez recevoir nos meilleures salutations et soyez assurés de notre esprit constructif.

L’union des scénographes et L’union des créateurs lumière

Passer les créateurs de l’annexe 8 à l’annexe 10

Depuis plusieurs années l’UDS œuvre auprès des pouvoirs publics et politiques pour clarifier le statut du scénographe, en s’appuyant notamment sur le rapport de la mission de concertation et de proposition menée par le député Jean-Patrick Gille, l’ancienne directrice du Festival d’Avignon Hortense Archambault et l’ancien directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle remis le 7 janvier 2015. intitulé « bâtir un cadre stabilisé et sécurisé pour les intermittents du spectacle ».

I–LES REGLES D’AFFILIATION

Le Règlement général annexé à la convention du 14avril2017pose les conditions générales d’accès au régime d’assurance chômage en précisant qu’il «assure un revenu de remplacement dénommé allocation d’aide au retour à l’emploi, pendant une durée déterminée, aux salariés involontairement privés d’emploi qui remplissent des conditions d’activité désignées périodes d’affiliation, ainsi que des conditions d’âge, d’aptitude physique, de chômage, d’inscription comme demandeur d’emploi, de recherche d’emploi »

2.Les conditions propres aux professionnels du spectacle sont précisées dans les annexes 8 et 10 à ce Règlement.

1 -Les annexes 8 et 10

•L’annexe 8concerne les techniciens et ouvriers des secteurs du cinéma, de l’audiovisuel, de la radio, de la diffusion et du spectacle et de la prestation technique au service de la création et de l’événement, engagés sous contrat à durée déterminée. Le champ d’application de l’annexe 8 est limité à certaines fonctions de salariés et dépend de l’activité de l’employeur identifiée par son code APE (cf. la liste des postes en fonction de l’activité de l’employeur, relative au champ d’application de l’annexe 8);

•L’annexe 10s’applique à l’ensemble des artistes du spectacle engagés sous contrat à durée déterminée (tels que définis à l’article L7121-2 du Code du travail)3.

Le métier de scénographe est-il déconsidéré par l’état français ?

Suite à nos actions médiatiques concernant la Quadriennale de Prague, les récentes réunions avec la déléguée au Théâtre à la DGCA Direction Générale de la Création Artistique au Ministère de la Culture, révèle un profond mépris pour notre profession, méconnaissant le travail du scénographe, et niant la qualité d’auteur de nos oeuvres.

image: « La famille invisible »2012 du sculpteur Théo Mercier qui représentera les scénographes à la prochaine quadriennale de Prague 2023

Le 9 février dernier étaient annoncés par le Ministère de la Culture les noms des commissaires des deux pavillons français de la Quadriennale de Prague 2023, évènement international dédié à la scénographie. Il a fallu peu de temps pour que l’Union des Scénographes réagisse à l’annonce de Madame Roselyne Bachelot-Narquin, dénonçant dans un communiqué de presse le manque de considération des institutions publiques à l’égard des scénographes, qui se considèrent lésés par ces nominations au profit des metteurs en scène, dont la profession est davantage mise en avant.   émission France Culutre

https://www.franceculture.fr/emissions/affaire-en-cours/les-scenographes-francais-en-manque-d-exposition

Censées mettre en avant les scénographes dans l’unique festival international qui leur est dédié, les institutions ont à nouveau préféré des metteurs en scène stars comme commissaires des pavillons. Un «mépris» selon la profession. Article Libération:

https://www.liberation.fr/culture/scenes/quadriennale-de-prague-des-scenographes-toujours-dans-lombre-20220214_G57NE6CRWJHQBFTQR4STRFVSWQ/